Les visages - Jesse Kellerman

Publié le par Caro

LesVisages original« Les mots me manquent pour vous décrire ce que je vis. J’essaie quand même : une ménagerie étourdissante de formes et de visages ; des anges, des lapins, des poulets, des lutins, des papillons, des bêtes informes, des créatures mythologiques à dix têtes, des machines extravagantes avec des bouts d’organes humains, le tout tracé d’une main précise, minutieux et grouillant sur la feuille, vibrant de mouvement, se dévorant mutuellement, perpétrant des tortures atroces et sanglantes, un carnaval de luxure et d’émotions, toute la sauvagerie et la beauté que la vie peut offrir, mais en exagéré, délirant, intense, puéril, pervers, avec un côté BD joyeux et hystérique ; et moi, je me sentis assailli, agressé, pris d’un furieux désir à la fois de détourner le regard et de plonger dans la page. »

 

Ce livre fait partie de mes cadeaux de Noël. Choisi dans la précipitation d’une FNAC bondée, quelques jours avant les fêtes, il m’a surtout attirée parce qu’il était présenté comme LE polar de l’année.  Les publicitaires ont eu raison de moi…

 

Le roman raconte l’histoire d’un galeriste new-yorkais, Ethan. Mondain, il collectionne les soirées chics et les vernissages et tient une galerie d’art plutôt bien fréquentée. Pourtant, sa routine va être interrompue par une étrange découverte. Dans un appartement abandonné, il met la main sur des cartons remplis de feuilles de papiers où de mystérieux dessins tracés au feutre décrivent un monde imaginaire. Des monstres, des pays tout droit sortis d’un esprit bouillonnant, des anges… Ethan est tout de suite séduit par leur inexplicable beauté. Pourtant, impossible de retrouver leur propriétaire. Après de vaines recherches, Ethan organise une exposition de ces dessins dans sa galerie. Et la critique est unanime : les dessins sont l’œuvre d’un génie.

 

C’est alors qu’un policier à la retraite prend contact avec Ethan : les anges dessinés, il en est formel, ont le visage d’enfants disparus il y a près de 40 ans. Des petits garçons, violés et tués sauvagement et dont on n’a jamais retrouvé le meurtrier. Comment l’auteur des dessins pouvait-il connaître ces visages ? La vie d’Ethan bascule. Ces visages l’obsèdent. Accompagné du vieux policier, il se lance à la recherche de leur auteur mais aussi de l’assassin des enfants. Et s’il s’agissait du même homme ? Et si une affaire vieille de près d’un demi-siècle resurgissait de cette découverte ?

 

Ce premier livre de Jesse Kellerman est vraiment une réussite. On est pris par cette enquête et il est très difficile de lâcher le livre tant que l’on ne sait pas. Mais ce n’est pas uniquement un thriller. Au-delà de l’enquête, c’est une vraie réflexion sur le New York mondain des artistes et des galeristes. Et Jesse ne manque pas d’humour et de causticité quand il s’agit de dépeindre ce milieu. Piquant, mordant, son ton donne beaucoup de dynamisme au roman.

 

Le récit est aussi entrecoupé de courtes histoires, très séparées dans le temps. Au début de la lecture, c’est surprenant. Quel virage ! Pourquoi changer de sujet ? Mais très vite, tout prend sens et le roman devient une véritable histoire familiale, une plongée dans un passé qu’Ethan a du mal à assumer.

 

Les visages, ce n’est donc pas qu’un simple thriller. C’est un roman riche, dont l’intrigue est captivante et l’écriture très fine.  A lire…

Publié dans A lire pour le plaisir

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Céline 16/04/2010 20:16


Celui-ci fait partie de ma liste de livres à lire d'autant plus que ton avis m'incite plus à le découvrir ;)


Caro 18/04/2010 19:03



Un très bon roman. Je te le conseille vivement.



sourikili 21/03/2010 20:36


Je le note pour une prochaine lecture.


Lilibook 20/03/2010 13:45


Il est inscrit sur ma lal depuis sa sortie ;-) il me fait très envie, j'ai hâte de le lire.